Jonathan Mourglia


Photographe

http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierNoirRessaut copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierNoirFrontsup copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretFront copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierSupArsine copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierdArsineFront.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierSupArsineMoraine copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierNoirFrontDétail copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretsup copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierNoirFront copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierClapouse copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaret2017.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretBassinsup copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretFront2017 copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretMoraine copie.jpg
http://jonathanmourglia.com/files/gimgs/th-4_GlacierLautaretSerac copie.jpg

GLACIERS

Ce travail est le fruit d’une exploration constante du massif montagneux des Écrins, se poursuivant encore à l’heure actuelle. Le milieu de la haute montagne nourrit un imaginaire de l’immuable, la vision d’un paysage dont la temporalité nous dépasse. Face aux arêtes de la Meije, à la face Nord du Pelvoux ou de l’Ailefroidre, nous sommes tentés de croire à une invariance de ces parois. Pourtant, quiconque a déjà passé du temps en ces lieux connait le bruit sourd d’une avalanche, le fracas d’une chute de séracs, l’effondrement des ponts de neige et l’ouverture des crevasses.
Me détachant d’une certaine tradition de la vue de paysage, dans son rapport à l’horizon ou son étagement des plans, j’ai souhaité confronter mon observation photographique à ces étendues en apparence homogènes, à ces amas de roches et de glaces. C’est l’entropie de ce milieu qui se révèle à une observation fine et patiente, l’écoulement inéluctable de ces mers d’eau gelée, engendrant le lent déplacement de quelques bloc rocheux ou le cas échéant l’effondrement d’un pan entier de montagne. Le paysage d'altitude se sculpte par sa géologie mouvante, les lignes de niveau de nos cartes ne sont des représentations exactes le temps de leur relevé uniquement, tout comme le sont les images.
Aussi, à l’heure où quelques dérèglements anthropiques précipitent ces cycles naturels dans un emballement sans précédent, poursuivre cette attention photographique envers ces espaces, une certaine tradition de la vue de paysage de montagne ancrée dans l’histoire du médium. Les observer avec un regard conscient des enjeux actuels, mais avec une même fascination que ces pionniers, pour continuer à faire exister ces lieux.